Biographie

Sa démarche se caractérise depuis de longue date par une attirance vers l’autre, le dissemblable, l’étranger, le déraciné.

Passionnée de danse dès l’age de 7 ans, elle suit ses premiers stages de danse contemporaine avec des chorégraphes tels que Rénate Pook, Yano ou Caroline Carlson. Afin de commencer une carrière avec un diplôme en poche, elle suivra les cours à l’Ecole Irène Popard et obtiendra le BE de gymnastique féminine en 1982. Très tôt elle collabore avec un groupe de danse folklorique israélienne, yéménite et rassidique « Hahelech », signe de son appétit de rencontre. Son désir d’ailleurs la mènera à New York dans les studios de Merce Cunningham, elle y suivra les cours assidûment pendant 2 ans ainsi que les classes de classique de Janet Panetta. Rentrée en France, elle sera interprète dans la cie de Fabrice Dugied de 1985 à 1989. Les questions d’écriture chorégraphique, d’improvisation, d’état de corps feront dès lors partie de ses préoccupations. En 1990, elle entre dans la cie Roc in Lichen, dirigée par Laura de Nercy et Bruno Dizien. Elle y développera une rigueur du geste, à la fois poétique et technique et surtout abordera la danse verticale dans laquelle le corps doit apprendre d’autres schémas pour bouger, s’inventer d’autres appuis pour évoluer dans l’espace. Avide de s’ouvrir vers d’autres univers, elle partagera plusieurs créations avec d’autres chorégraphes comme Brigitte Dumez, Clo Lestrade, la cie Hélène Viscose, Emmanuel Grivet.

En 1992, elle rencontre Fabrice Guillot ex-interprète chez Roc in Lichen et co-fondateur de la cie Retouramont, ils décident de mettre en commun leur recherche sur la thématique de la chute et signeront leur première œuvre « Loi de Gravité Paradoxale » en 1996.
Dès lors les renversements de la verticale, les dérèglements de la gravité, le vertige feront partie des thématiques fondatrices du projet artistique. L’objet, lien essentiel entre le danseur et son propre mouvement les amène à créer une quinzaine de pièces. « Traversées d’Ombres » sera une des pièces phare du répertoire. En 2004, une première expérience leur permet d’écrire séparément au sein de la cie Retouramont. « Hisses ! » et « Transparence », seront proposés dans une soirée partagée.
Ils signeront leur dernière pièce ensemble « Empreintes » fin 2008.

De 1997 à 2009, parcourant les espaces intérieurs du plateau comme les espaces urbains, les chorégraphes défient les lois de la gravité et proposent des spectacles aussi bien aériens que très ancrés dans le sol. La question de la place du corps dans l’espace public tiendra une place prépondérante dans l’écriture de « Réflexion de Façade » Ce concept danse et architecture, donnera lieus à de très nombreuses performances sur d’innombrables façades, dans le monde entier, de Panama à Beyrouth en passant par le Japon.

Son désir de développer dans les différentes créations partagées, un travail tourné davantage vers le corps et le mouvement, ses états intérieurs et sensible, d’affirmer une danse qui déplacerait ses contraintes, l’amène à entamer un travail plus personnel.
Le Nœud de la Forme, solo crée en 2008, la création de « même à moi revenue… » prévue pour 2010 en sont les signes, en 2009 les deux chorégraphes décident de poursuivre séparément.